Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

Le 20 Francs Travail et Science type 1940
Article précédent

Yves Jérémie, le 25/07/2005

Il y a encore beaucoup à découvrir sur nos billets de banque. Bien entendu, nous disposons la plupart du temps des informations diffusées lors de l’émission mais, très souvent une part de mystère demeure. Ce fait peut être volontaire de la part de l’émetteur afin de préserver ses sources d’informations et par sécurité, ou faire partie du jardin secret des peintres et graveurs œuvrant lors de la conception des billets.


Verso du 20 Francs Travail et Science

C’est ainsi que pour le billet de 20 francs de la Banque de France Travail et Science (1) figure, au verso, un énigmatique chercheur penché sur un microscope. Que savons-nous de lui ?

– Henri Guitard (Vos billets de banque): « ...Un chimiste en blouse blanche, penché sur un microscope schématise la recherche scientifique au profit de l’Industrie que rappellent en un fond de paysage industriel les filatures de Ferdrupt-sur-la-Moselle (Vosges) ».

– Claude Fayette (Les billets de la Banque de France 1800-2002) : « Chimiste en blouse blanche, à gauche, penché sur son microscope, devant un paysage fluvial, personnifiant la recherche au service de l’industrie, en arrière-fond, des usines en activités rappelant les filatures vosgiennes de Ferdrupt-sur-la-Moselle».

Pourtant, ce savant à un nom : il s’appelle François Debat et c’est à lui que Clément Serveau a voulu rendre hommage de son vivant, plutôt qu’à un illustre disparu.
Nous devons cette information à une coupure de presse (2), dont j’ignore le titre, signée Géo - Ch.- Véran. Cet article a dû paraître en décembre 1940 ou janvier 1941 puisqu’il fait allusion à la mise en circulation du billet de 20 francs Travail et Science. A l’heure des représentations en images virtuelles, il est réconfortant de pouvoir mettre un nom sur un personnage bien réel dont le portrait a été tiré à plus de 188 millions d’exemplaires sur ce billet de 20 francs.

Je ne voudrais pas gâcher votre plaisir de revenir 60 ans en arrière, en risquant d’interpréter les propos du journaliste, aussi, je vous livre, in extenso, son article:

Le « louis » de 1941 ne tintera pas dans vos poches. Il n’est ni d’or ni d’argent, mais en papier. C’est un nouveau billet que la Banque de France vient de mettre en circulation. Sa curiosité réside dans l’actualité de son décor : au verso, un « chercheur » en blouse blanche se penche sur un microscope auprès d’une baie largement ouverte où se dessine le cours d’un fleuve encombré de péniches.
Quel est ce savant? Pasteur ? Nous ne reconnaissons pas sa barbiche... Pierre Curie ? Pas davantage.
Clément Serveau, qui a peint ce sujet, n’entendait pas honorer un illustre disparu, mais un contemporain bien vivant. Le «chercheur» du billet de 20 francs est le docteur François Debat, présentement membre de la délégation spéciale qui gère la ville de Saint-Cloud.
De ses fonctions édilitaires le docteur Debat ne tire nulle vanité. Il va tenter d’y employer le même zèle audacieux qui – fait très rare dans le monde savant – conduisit ses entreprises à la fortune. Ainsi n’a-t-il pas craint, pour approvisionner sa ville, de transformer le champ de courses de Saint-Cloud en jardin potager.
Mécène éclairé, il a créé à Garches des laboratoires ultra-modernes – ceux de Rockefeller, affirme-t-il, ne sont pas aussi perfectionnés – dans lesquels il encourage la recherche pure. Industriel, ses produits ont fait dans le monde la renommé de l’opothérapie. Novateur social, il a voulu prouver que l’effort humain peut se poursuivre dans une atmosphère d’heureuse fraternité.
– J’ai réussi une belle vie, reconnaît-il. Et pourtant, je suis parti de rien. J’ai connu la misère noire. A mes débuts, je n’avais même pas dans ma poche ce billet de 20 francs.
Géo. Ch. Véran


Recto du 20 Francs Travail et Science

Ainsi le jardin secret du peintre Clément Serveau a-t-il rejoint le jardin, bien réel celui-là, de Saint-Cloud du docteur François Debat.

Yves Jérémie


(1) Si l’histoire de ce billet vous intéresse, ne manquez pas de lire en complément l’excellent article que lui consacrent Claude Fayette et Patrick Casavecchia sous le titre « Le 20 francs (type 1940) de la Banque de France « Science et Travail » ou « Travail et Science » dans Numismatique et Change n° 181 de février 1989.
(2) Aimablement communiqué par Monsieur Michel Gilles de Oise-Collections, 60260 Lamorlaye.


Article paru dans la revue Numismatique & Change N°312

Article précédent
Accueil > Articles
Les articles