Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

Légende 5 Francs Bleu type 1905
Article précédentArticle suivant

Claude Fayette, le 27/10/2004

Au début de la première guerre mondiale, il s'avère nécessaire de sortir les billets dits "de réserve"; le stock de 5 Francs Noir type 1871 réalisé d'après des maquettes de Chazal s'avérant insuffisant, la Banque de France lance alors une nouvelle fabrication. Faute de pouvoir être imprimées sur le même type de papier, les nouvelles coupures devront comporter des changements très apparents afin de ne pas semer le trouble dans la confiance des utilisateurs. C'est ainsi que la valeur imprimée en noir sur le recto sera imprimée en bleu et le verso de ces nouveaux billets sera remplacé par une nouvelle vignette réalisée par Georges Duval. Mis en circulation, comme une partie des 5 f "Noir" gardés en réserve le 30 juillet 1914 , ce billet sera retiré de la circulation en 1933.

Pour ce billet comme pour le 5 F "Noir", dans la date de création inscrite sous la valeur en lettres au centre de la vignette, le chiffre du mois est remplacé par le signe du zodiaque correspondant. Pour les billets de juillet signe du Lion certains signes du zodiaque sont placés à l'envers. Cette anomalie provient d'une erreur de montage à l'impression du caractère du signe du zodiaque; ces billets sont appelés alors "Lion inversé". Les billets rencontrés portent la date de Juillet 1916. Les années 1912 et 1913 semblent pour l'instant ne pas avoir été découvertes en "lion inversé". Les billets de 1915 "lion inversé" doivent être classés parmi les billets les plus rares du XXème siècle je n'ai personnellement rencontré pour l'instant que l'exemplaire conservé dans ma collection de l'alphabet 7017, billet que j'avais pu acquérir par pur hasard chez notre ami et regretté Victor Gadoury il y a quelques années.

Les billets de 5 F "Bleu" de 1912 se rencontrent difficilement en bon état, les quatre premières émissions étant rares en neuf. De nombreux collectionneurs recherchent au moins un billet par année, la plus value pour les années 1914 et 1917 de plus en plus demandées devrait s'amplifier, ces années ayant respectivement une seule émission et 2 émissions, celle de février étant rarissime. Certaines dates paraissent difficiles à trouver en bon état entre autres celles des numéros ; 5 - 7 - 10 - 23.


A propos d'une grande rareté

La vie d'un collectionneur est émaillée de surprises heureuses liées la plupart du temps à des découvertes originales ou inespérées mais parfois aussi à des moments "douloureux" voire "dramatiques". J'ai connu les deux mais l'objet de mon propos s'inscrit dans le deuxième cas de figure et malheureusement je ne pense pas être le seul à qui ce genre de mésaventure soit arrivée.

Voilà quelques années je reçois un courrier d'un numismate averti m'informant de la découverte de l'émission de Février 1917 du 5 F "Bleu". Découverte d'autant plus intéressante que cette émission est très rare et que l'état que me décrivait le collectionneur semblait quasiment neuf. Le seul exemplaire jusqu'alors rencontré figurait déjà dans ma collection mais dans un état à peine supérieur à TB. Etant prêt à me céder ce billet, le collectionneur me l'adresse alors pour expertise préalable par courrier recommandé. L'emballage était à la hauteur de la rareté du billet. C'était comme un merveilleux paquet cadeau que l'on défait en frémissant de joie à la pensée de ce qu'on va y découvrir. Deux feuilles de carton plastifié très épais, pratiquement indéformables constituaient le "sarcophage", puis une autre épaisseur de carton plus fine entourant une pochette plastique dans lequel reposait un superbe 5 F "Bleu". Je déshabillai le billet avec mille précautions et, joie extraordinaire, le billet était vraiment presque Neuf, au minimum SPL.

Aussitôt je téléphonai à mon correspondant pour le féliciter de sa découverte en vantant l'état du billet. Il était toujours vendeur et bien entendu compte tenu de la qualité du sujet l'effort financier s'imposait. Les deux parties étaient satisfaites. L'une réalisait un bon profit et l'autre allait enrichir sa collection d'une pièce rarissime en très bel état.

Une fois le téléphone raccroché, tout excité à mon affaire, je remplis un chèque et le glisse dans une enveloppe à l'adresse de ce collectionneur et je fais rapidement, trop rapidement un peu de ménage sur mon bureau afin de savourer avec délices ma toute jeune acquisition. Son emballage rigide et encombrant ne veut pas rentrer dans ma poubelle de bureau beaucoup trop petite, alors avec beaucoup d'efforts je plie ces feuilles de plastique en prenant appui sur mes genoux jusqu'à les rendre enfin jetables dans ma petite corbeille.

Comme pour la cerise sur le gâteau que l'on garde pour la dernière bouchée je salive de bonheur et m'apprête à regarder en détails "mon" billet. Il est alors introuvable. Pourtant aucun courant d'air, seul à la maison, c'est incroyable, et peu à peu la panique me gagne à l'idée que je l'ai peut-être laissé dans son emballage, celui-là même que je viens de plier avec difficulté et empressement. Je reprends alors mon "paquet cadeau" plié en quatre et je découvre avec horreur à l'intérieur des fameuses feuilles plastifiées supposées indestructibles mon billet qui semblait exprimer le plus vif mécontentement, sans doute reflétait-il alors l'image de ma désolation.

La désincarcération sera finalement plus aisée que ce que je j'appréhendais et mon billet fort heureusement protégé par la rigidité des feuilles ne présentait que des pliures le faisant cependant passer en quelques malheureux instants de l'état Neuf à un très beau TTB.

Ce n'est certes qu'une mésaventure qu'il convient de relativiser par rapport à certaines plus cruelles sans doute car lorsque je parcours ma collection et que je m'arrête sur ce billet je me dis avoir eu beaucoup de chance que ceci me soit arrivé au printemps car en automne, ou pire, en hiver, la cheminée aurait été allumée et ces précieux papiers auraient sans aucun doute spontanément attisé un bien désastreux "feu de non joie".

Je n'ai rencontré depuis qu'un nouvel exemplaire de cette émission extrêmement rare qui porte l'alphabet 16233, découvert par le collectionneur estimé Emile Villatte, les deux autres exemplaires que je possède étant des alphabets 16223 et 16226. J'espère que des collectionneurs pourront me permettre au fur et à mesure de leurs découvertes éventuelles de compléter ces informations.

Article paru dans la revue Numismatique & Change de juillet 1999.

Article sur le même thème : N°17
Article précédentArticle suivant
Les articles

 

Accueil > Articles