Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

Légende Dernière Gamme : attention aux faux fautés
Article précédentArticle suivant

Claude Fayette, le 28/10/2004

Mon propos est ici de mettre en garde les collectionneurs contre certaines variétés de la Dernière Gamme. En effet vous êtes de plus en plus nombreux à vous intéresser aux billets dits "fautés" ou comportant certaines anomalies répertoriées comme "variété".

Lors de l'acquisition d'une "variété" il est déterminant de vérifier l'authenticité de l'anomalie. Dans la majorité des cas il suffit de contrôler si les numéros et les lettres de série sont en concordance avec les indications données dans mon ouvrage. Si certains billets n'y sont pas signalés et si les numéros sont très différents de ceux mentionnés dans les nota, il faut alors prendre encore plus de précautions et apporter une attention toute particulière aux caractéristiques inhabituelles de la coupure.

Si pour certaines catégories de billets et pour certaines anomalies le doute ne se pose pas, il n'en est pas de même au sujet de la Dernière Gamme. En effet l'engouement grandissant pour ces originalités semble malheureusement avoir ouvert la porte à certains risques de tromperies qu'il convient de dénoncer précisément.

Les billets de 100 Francs "Cézanne" se rencontrent parfois avec une bande blanche à la place du strap. Même s'il est probable que certains billets ont sans doute été réellement fautés lors de leur fabrication je me dois de considérer cette originalité comme n'ayant aucune légitimité pour être reconnue comme une " variété" dans la mesure où nous avons découvert que cette anomalie pouvait être facilement reproductible.

L'impression de ces vignettes est effectuée sur un papier comportant déjà le strap qui à son tour subit une surimpression, aussi il est aisé d'en concevoir la suppression à l'aide d'un procédé très simple qui consiste à "gommer" tout ou partie des encres après application d'un trait de trichloréthylène qui laisse alors apparaître une bande blanche. Cette démonstration est très facile à réaliser et absolument évidente.

La possibilité de" fabriquer" des billets à bande blanche existe également pour les billets de 50 Francs "Saint Exupéry", de 200 Francs "Eiffel" et de 500 Francs "Pierre et Marie Curie". Avec un peu plus d'attention et de précision il est vrai, bien que les encres aient tendance à baver, il est possible de faire disparaître très proprement tout ou partie du strap et par conséquent ceux-là aussi ne peuvent se ranger dans la catégorie des "fautés" et être répertoriés comme "variété". Une observation très poussée au microscope serait peut-être susceptible de nuancer ces affirmations mais dans la mesure où un sérieux doute existe il faut être très méfiant à l'égard des coupures présentant un strap plus ou moins complet ou remplacé par une bande blanche et de façon plus catégorique les ignorer totalement.

Il est bien certain que des collectionneurs et des marchands de bonne foi dont l'intégrité n'est aucunement mise en doute ont acquis des coupures dont je fais état (c'est mon cas pour le 100 Francs "Cézanne") mais elles ne peuvent à regret figurer dans une collection que comme document ou souvenir ou bien leurs détenteurs peuvent se persuader envers et contre tout qu'il s'agit bien d'une véritable rareté fautée.

Malgré tout ce que je viens d'exposer et ce n'est pas contradictoire, je reste intimement convaincu que l'anomalie réelle existe mais dans la mesure où cette caractéristique peut se reproduire aisément je préfère pour l'instant ignorer cette spécificité. Il existe suffisamment de coupures comportant des anomalies intéressantes et dont l'existence est irréfutablement prouvée pour ne pas se distraire dans d'hypothétiques" variétés".

L'avenir peut-être nous aidera à voir plus clair non pas dans le noir mais dans la bande blanche.

Il ne faudrait surtout pas confondre avec les autres anomalies rencontrées sur la Dernière Gamme comme les billets ne comportant aucun strap mais sans le tracé d'une bande blanche qui sont à considérer différemment dans la mesure où grâce à nos recherches et malgré nos essais la contrefaçon ne semble pas réalisable.

C'est avec regret que je dénonce cette particularité mais il faut parfois avec courage "mettre au placard" un objet de sa collection qui n'exprime pas intrinsèquement la valeur qui peut lui être attribuée car la vraie dimension d'une collection réside dans la quête du beau, du rare, et de l'authentique et à terme l'honnêteté paie toujours.

Article paru dans la revue Numismatique & Change de janvier 2000.

Article sur le même thème : N°9
Article précédentArticle suivant
Les articles

 

Accueil > Articles