Gauche

 

 

AccueilNos OuvragesNos MultimédiaLa BoutiqueChroniques de Claude FayetteNos Articles en ligneInventaire des billets raresInventaire des petits numérosEst-ce un Bojarski?BilletophilieCalendrier bourses et exposNos Liens et Nos partenairesPour nous contacter sur nos produits ou pour toutes demandes d'information

 

 

Rechercher

 

 

 

 

500 Francs Pierre et Marie Curie : rencontre d'un autre type
Article précédent

Claude Fayette, le 03/02/2005

Les travaux préparatoires à la sortie de ce billet ont débuté dans les années 1980 dans les ateliers de Roger Pfund et ont nécessité de nombreuses recherches thématiques, techniques et esthétiques. Une équipe de sociologues, historiens et scientifiques ont planché sur le sujet et adapté à toutes les exigences de la Banque de France concernant la sécurité du billet, une cohérence évidente sur la vie et l'œuvre de Pierre et Marie Curie.


Recto du 500 Francs Pierre et Marie Curie


Les thèmes essentiels des travaux de ce couple exceptionnel sont représentés tant sur le recto que sur le verso comme la fameuse ampoule des sels de radium photographiée par Marie Curie grâce à leur seule luminosité, ou encore les courbes de probabilité relatives à l'action des rayons X sur les bacilles ou encore les voitures radiologiques appelées " petites Curie " qui ont sillonné les routes durant la guerre de 1914-1918. Les portraits de ces deux savants ont été choisis parmi plusieurs et les regards exprimés par ceux retenus sont éloquents de la détermination de ces deux personnalités hors du commun. S'agissant de la représentation du laboratoire de Marie Curie, Roger Pfund a fait appel à des scientifiques historiens qui ont reconstitué d'après des documents en leur possession la disposition et les différents éléments qui le constituaient.
Les signes de sécurité sont nombreux et identiques à tous les billets de la dernière gamme comme les encres à couleur changeante ou incolores visibles sous éclairage ultra-violet ou encore la transvision.
Ce billet de 5oo francs polychrome dominante vert commence à être imprimé en 1992 et début 1993 de manière à pouvoir être mis en circulation dès 1994. Sur le verso du billet est inscrit l'article 139 du code pénal alors en vigueur. Cependant un élément imprévu bouleverse la vie prématurée de tous ces billets déjà imprimés. En effet au 1er mars 1994 le code pénal est remanié et l'article 139 est remplacé par les articles 441-1 et 441-2. Le billet de 50 francs Saint-Exupéry est également concerné par cette nouvelle mesure.
Un grand événement dans l'histoire des billets de la Banque de France va alors se produire, il faut impérativement détruire tous ces billets de 500 francs déjà imprimés et prêts à être mis en circulation. Plusieurs dizaines de millions d'exemplaires vont ainsi partir en fumée, comme irradiés par les hasards malheureux d'un fait de société.


Verso du 500 Francs Pierre et Marie Curie


C'est ainsi que le type original 1993 est absolument introuvable et seul l'exemplaire reproduit ci-contre daté 1993 au verso est à ce jour connu. Les billets 500 francs Pierre et Marie Curie qui ont circulé et que nous avons utilisés sont donc à considérer comme de type 1993 "modifié" de même que le 50 francs Saint-Exupéry type 1992 modifié en 1994 pour les mêmes raisons. Comme sur le billet de 50 francs type modifié, outre l'article du code pénal différent au verso, les noms et dates des personnages figurent au recto sur deux lignes verticales au lieu d'une sur les coupures initiales.
Les ateliers de fabrication remettent donc hâtivement en chantier une nouvelle fabrication comportant les nouveaux articles en vigueur.

Ce billet a été conçu et réalisé grâce à des outils informatiques de la plus haute technicité qui à l'époque n'existaient pas et que Roger Pfund et son équipe ont mis au point. Ainsi naissait le système ADAGIO (Atelier de Dessin Assisté pour la Gravure de l'Intaglio et de l'Offset) aujourd'hui internationalement connu et utilisé. Le système INGRES (Installation de Numérisation d'Emboutissage de Sécurité) a permis de graver directement les matrices entre lesquelles sera emboutie la toile métallique qui servira pour le papier filigrané.


Anomalies du 500 F Pierre et Marie Curie
Ainsi que pour les trois autres billets de la dernière gamme il convient de noter certaines anomalies comme l'absence du symbole du radium, le symbole du radium situé en haut (voire coupé en deux) ou l'absence de Strap. L'anomalie la plus rare et la plus recherchée, pouvant coter jusqu'à 1 000 euros en parfait état, est le filigrane coupé en deux, la moitié supérieure du visage étant située au bas de la vignette et le bas du visage placé en haut. Ces différentes anomalies sont parfaitement identifiées et recensées dans l'ouvrage de référence Les billets de la Banque de France et du Trésor (1800-2002). D'autres anomalies plus aléatoires sont à signaler, entre autres deux signes de sécurités peuvent manquer comme la représentation du monde dit subatomique ou la voiture appelée " petite Curie ". La présence d'un Strap épais de seulement 2 mm situé plus à gauche est à ce jour connue sur un seul exemplaire.
Ce billet Pierre et Marie Curie est le seul billet français à comporter pour l'année 2000 la signature de M. Vienney dernier Caissier Général à avoir signé un billet en Francs mais aussi et surtout bien malgré lui, mais est-ce vraiment un pur hasard le seul et unique billet à comporter la date mythique de l'an 2000. Depuis notre plus tendre enfance et bien avant dans l'imaginaire des générations précédentes l'an 2000 était une date phare représentative du progrès humain. Il est incontestable que l'œuvre scientifique de Pierre et Marie Curie a bouleversé des données scientifiques et fait aboutir un progrès magistral dont nous bénéficions tous aujourd'hui. Une preuve supplémentaire si besoin était que le billet de banque est l'expression de la vie de notre société et plus généralement du monde dans lequel nous vivons.

Maquettes préparatoires
La récente exposition au palais Brongniard dans le cadre du 45e salon numismatique organisé par le SNENNP a permis à chacun de contempler les différentes maquettes préparatoires réalisées par Roger Pfund pour la dernière gamme. Tous les rectos et tous les versos présentés, exceptionnellement rares, proviennent directement des ateliers genevois de leur créateur. Elles ont été réalisées dans les dimensions définitives du billet et imprimées en offset pour certaines avec taille douce sur un papier format A4. Elles comportent apposée en bleu ou en noir la griffe de Roger Pfund ainsi que son cachet d'atelier apposé en rouge. Certaines épreuves sont plus ou moins abouties avec uniquement les portraits de Pierre et Marie Curie sans autre élément fiduciaire.


Etude se rapprochant des billets adoptés dans les couleurs définitives


Il faut bien avoir conscience de l'extrême rareté et de l'importance de ces épreuves exceptionnelles qui outre l'intérêt technique ou historique vont même au-delà de l'intérêt fiduciaire qui fait fantasmer la plupart des collectionneurs. Il s'agit au même titre que les épreuves dessinées à la main par les créateurs précédents d'épreuves d'artiste originales à considérer comme des lithographies ou des gravures tirées seulement à quelques très rares exemplaires.


Etude préliminaire pour évaluations des couleurs et des motifs


L'espoir de posséder une telle œuvre d'art est du domaine du rêve mais parfois certains rêves peuvent se réaliser, encore faut-il y croire très fort, un peu comme au Père Noël, on ne le voit jamais, on en parle beaucoup et cependant les enfants très sages se voient récompensés par de beaux cadeaux, j'ai malgré moi toujours eu une réputation d'enfant sage.
Une rencontre du troisième type chez Spielberg, une rencontre d'un autre type de nos billets, une route vers l'imaginaire et pourquoi pas sa réalisation.

Article paru dans la revue Numismatique & Change de février 2005.

Article précédent
Accueil > Articles
Les articles